Bienvenue sur Gigadino !
Forum                             T'chat                             Livre D'or                             Me contacter
 

     Paléontologie
   

     Littérature
  Documentaires :

Romans :
- Jurassic Park

Bandes desinnées
- Jurassic Park ; la BD du film
 
 
      Films & DVD
 

- Jurassic Park
- Le Monde Perdu
- Jurassic Park III
- Dinosaure
- S
ur la Terre des Dinosaures
- L'incroyable aventure de Big Al
- Prehistoric Park

Coffrets et objets dérivés

- Jurassic park - Trilogie Ultimate Collection

 
 
     Jeux videos
  Super Nes :
- Jurassic Park

Game Cube :
- StarFox Adventure
- Turok Evolution

Xbox :
- Dino Crisis 3
- Jurassic Park : Opération Genesis
Turok Evolution

GBA :
- Jurassic Park III : Dino Attack

Ordinateur :
- Zoo Tycoon : Dinosaur Digs
- Turok Evolution
- Jurassic Park : Opération Genesis
 

Extra
   
La Flore De Gelinden, la paleobotanique du Paléocène
Un grand assemblage des restes de feuilles a été extrait à partir des marnes de Gelinden (près de à rue Trond, Limburg, Belgique). D'autres restes de feuillages furent aussi trouvés en Campine (Houthalen, Koersel)

L'âge des dépôts

Formation des marnes de Gelinden sont attribués au Selandien, (± 58 millions d'années (paléocène inférieur) sur la base des assemblages des nannofossiles calcaires (Steurbaut, 1998); autrement attribué au Landenien inférieur (= Thanetian) L1a (Moorkens, 1973).

Le Paléocène, l'installation de la faune et de la flore actuelles

65 à 53 millions d'années

Le Paléocène, du grec palaeos : ancien et kainos : récent, est la première époque du Cénozoïque après la grande crise biologique de la limite Crétacé/Tertiaire.
Le climat chaud de la fin du Crétacé se maintient. Avec les mammifères et les plantes à fleurs qui se développent, une nouvelle biodiversité se met en place.
L'Atlantique Sud est largement ouvert. L'Atlantique Nord continue à s'agrandir. Les deux Amériques sont séparées. Madagascar est isolée de l'Afrique. L'Inde n'a pas encore rejoint le continent asiatique. L'Australie se détache de l'Antarctique. La collision de la plaque africaine et de la plaque eurasienne qui a débuté au Crétacé se poursuit. Ainsi, la Téthys se rétrécit de plus en plus et des ébauches de chaînes alpines commencent à surgir.
Les roches qui datent de cette époque sont susceptibles de porter des marques de la crise Crétacé/Tertiaire. Ainsi, elles ont fait et font toujours l'objet de nombreuses études. Jusqu'à présent, ces études ne nous ont toujours pas fourni d'éléments pour expliquer de manière satisfaisante les grandes disparitions de la fin du Secondaire..

En ce qui concerne la flore, le Cénozoïque voit le développement des Angiospermes et, dès le Paléocène, celui de la forêt décidue (arbres à feuilles caduques), mais qui demeure faiblement diversifiée, tandis que les premières graminées se développent. A l’Eocène, les flores tropicales à sub-tropicales s’étendent au-delà de 50° de latitude tandis que les latitudes très élevées se couvrent de forêts de conifères. La fin de l’Eocène marque un changement rapide de la flore avec l’expansion de la forêt décidue vers les basses latitudes en même temps qu’une diminution de la diversité qui s’accroîtra de nouveau à l’Oligocène. Le Miocène voit le développement extensif des forêts de conifères aux hautes latitudes et celui de la prairie aux hautes et moyennes latitudes.



Le climat

Au Paléocène (65-53 Ma), le climat chaud de la fin du Crétacé se maintient et s’accentue, atteignant un optimum à l’Eocène inférieur, entre 53 et 50 Ma. Les flores tropicales s’étendent alors au-delà de 50° de latitude dans les deux hémisphères, peut-être en relation avec une saisonnalité peu contrastée, et l’Antarctique connaît un climat relativement chaud et humide. Le niveau de l’océan est donc élevé ainsi que la température des couches profondes. Après cet optimum thermique, un refroidissement s’opère jusque vers 40 Ma et à partir de 34 Ma apparaissent dans les sédiments de l’Océan austral les premiers débris abandonnés par les glaces flottantes (icebergs). C’est à cette période que l’Antarctique, isolé des eaux septentrionales plus chaudes par l’amorce du courant circum-antarctique s’englace progressivement. C’est une première étape importante dans l’évolution vers les conditions modernes de circulations océaniques et celles du climat. Cet épisode de refroidissement général est particulièrement sensible aux hautes latitudes avec l’apparition d’hivers marqués. Corrélativement le niveau marin s’abaisse. Après un deuxième épisode de refroidissement accompagné d’une chute du niveau marin à l’Oligocène (vers 29 Ma), une tendance au réchauffement se marque jusqu’au Miocène inférieur, notamment en Europe.

La nature et la formation des dépôts

Les "marls" ou "marnes" crayeux de Gelinden ont été déposés dans l'eau stagnante dans le compartiment d'un estuaire marin (le sel marin se mélangeant à l'écoulement de l'eau douce d'un fleuve.) Ces conditions étaient favorables pour la conservation des restes venant de l'environnement marin ( Posidonia et de la terre. )

Origine de la matière végétale

Les feuilles suggèrent une flore continentale dans le périmètre direct du bassin fluvial.

Parmi les 59 taxons (genres ou espèce) identifiés par Saporta et Marion (1873, 1878) et par Stockmans (a 1932 et b), la majorité des restes sont composés d'angiospermes Dicotyledon coexistant avec trois Filicales (fougères), un Cycadale ( Zamites , un gymnosperme ( Chamaecyparis et un Monocotyledon. Ainsi 59 espèces divisées entre 20 familles. les Fagaceae sont de loin les plus représntées avec Dryophyllum, Pasianopsis et quercus (le chêne) (fig1) Parmi l'espèce la plus abondante doit être le Dewalquea gelindenensis (fig. 2) ( Ranunculaceae ou l'Araliaceae ensuite viennent des lauracées diverses Laurus d'omalii et Araliaceae ainsi que Cocculus dumonti .

L'environnement Heersien à Gelinden

La comparaison du feuillage trouvé avec la végétation actuelle permet une reconstruction suffisamment précise de la flore de la campagne à l'époque de Selandien. La forêt luxuriante du bassin fluvial supérieur a été principalement constituée par la dominance des arbres à dicotyledons coriaces et persistants ceux ci coexistaient avec d'autres type d'arbres à feuillage caduques et sensible de sorte que le climat déterminant semble être intermédiaire entre les types tropicaux et tempérés: pas excessivement chaud mais doux et humide, ce qui a favorisé le développement de l'espèce umbrophile. Le caractère montagneux de Gelinden semble être bien affirmé, tandis que les espèces d'estuaires (typiques des lagunes attachées à la terre, des lacs, des plaines et des vallées inférieures sont absentes). Saporta et Marion (1877) nous pouvons pour l'analogie comparer avec la végétation actuelle de montagne du Japon et des Indes.

Le matériel conservé dans les collections de l'institut Royal des sciences naturelles de Belgique
Pratiquement tout le matériel rassemblé chez Gelinden est conservé à l'institut Royal des sciences naturelles. Quelques spécimens sont également conservés aux universités de Liège et de Leuven.


PLANCHE I.
1 Osmunda eocenica Sap. et Mar., sommité d'une fronde ou d'un segment de fronde montrant plusieurs folioles attachées à un rachis commun, les supérieures confluentes, grandeur naturelle.
2-5. Benitzia minima Sap. et Mar., deux fragments de fronde grossis.
4-5. Zamites palaeocenicus Sap. et Mar., deux fragments de folioles dont l'un se rapportant à l'extrémité supérieure, grandeur naturelle.
6-9. Chamaecyparis belgica Sap. et Mar.; 6, ramule grossi deux fois pour montrer la forme et l'agencement des feuilles; 7, autre ramille dépouillée de feuilles dans le haut avec des feuilles faciales plus obtuses, grandeur naturelle; 8, autre ramule plus âgé, grandeur naturelle; 9, strobile montrant le moule de la face inférieure des écailles, grandeur naturelle.
10. Poacites latissimus Sap. et Mar., lambeau de feuille, 10a détails de la nervation grossis.


PLANCHE II.
1-6. Posidonia perforata Sap. et Mar.; 1, rhizome garni de ses feuilles montrant de nombreuses perforations, grandeur naturelle; 2, autre rhizome garni de résidus foliaires persistants, grandeur naturelle; 5, autre rhizome garni de résidus montrant des cicatrices de radicules tombées et en a une radicule repliée sur elle-même, grandeur naturelle; 4, autre fragment de rhizome déjà ancien et montrant de nombreuses cicatrices de radicules, grandeur naturelle; 5 et 6, deux sommités de feuilles, grandeur naturelle.


PLANCHE III.
1-2. Posidonia perforata Sap. et Mar.; 1, fragment de rhizome montrant en a un résidu de feuilles avec des perforations très visibles et, en dessous, des amas de cicatrices radiculaires, grandeur naturelle; 2, autre fragment de rhizome presque dépouillé et montrant sur le milieu de nombreuses cicatrices de radicules, grandeur naturelle.
3.8. Zostera nodosa (Brongn.) Sap. et Mar.; 5, portion de tige, avec des nœuds très rapprochés et des résidus de feuilles occupant leur place normale, grandeur naturelle; 4, autre fragment de tige à nœuds bien plus écartés, montrant sur l'un d'eux la trace d'une radicule occupant sa place normale, grandeur naturelle; 5 et 6, plusieurs fragments de tiges dépouillées de tout résidu avec des nœuds ou anneaux d'insertion des feuilles disposés à des distances inégales, grandeur naturelle; 7 et 8, autres fragments de tige ou rhizome plus âgés, grandeur naturelle.
9. Quercus palaeodrys Sap. et Mar., feuille presque entière, restaurée sur quelques points du sommet et de la base, grandeur naturelle.
10-11. Quercus diplodon Sap. et Mar., gland dépouillé de ses enveloppes réduit au corps cotylédonaire sillonné à la surface par les traces visibles des faisceaux fibro-vasculaires de la membrane du testa, grandeur naturelle; 10, organe vu de face, d'après un moule, et restauré au sommet; 11, le même vu par l'autre face, pour montrer la cassure irrégulière qui lui a fait perdre le sommet.
12-13. Carpolithes delineatus Sap. et Mar., deux exemplaires, dont l'un, fig. 12, irrégulièrement fendu au sommet, grandeur naturelle.
14. Carpolithes sulcatifrons Sap. et Mar., grandeur naturelle.


PLANCHE IV.
1-2. Quercus Loozi Sap. et Mar.; 1, feuille complète vue par-dessous, avec tous les détails de la nervation, grandeur naturelle; 2; autre feuille plus petite, de la même espèce, grandeur naturelle.
3. Quercus arciloba Sap. et Mar., partie inférieure d'une feuille légèrement restaurée, grandeur naturelle.
4-5. Quercus odontophylla Sap. et Mar., feuilles, grandeur naturelle.
6-7. Quercus diplodon Sap. et Mar.; 6, feuille très-petite et plus allongée que dans le type ordinaire, grandeur naturelle; 7, partie inférieure d'une feuille, montrant la dimension du pétiole, grandeur naturelle.
8. Quercus parceserrata Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.


PLANCHE V.
1.9. Quercus diplodon Sap. et Mar., feuilles, grandeur naturelle.


PLANCHE VI.
1-6. Quercus diplodon Sap. et Mar.; 1, sommité d'une feuille; 2, portion médiane d'une feuille très large présentant le type du Quercus platania Hr.; 5, feuille plus petite montrant une double dentelure très prononcée; 4, fragment d'une feuille montrant une double dentelure très nette; 5, partie inférieure d'une feuille très large; 6, fragment d'une feuille montrant les détails du réseau veineux. Toutes ces figures sont de grandeur naturelle.


PLANCHE VII.
1. Quercus diplodon Sap.. et Mar., feuille presque complète, montrant le mélange des dents simples et des dentelures doubles dans la même feuille, grandeur naturelle.
2. Pasianopsis retinervis Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.
3. Pasianopsis sinuatus Sap. et Mar., feuille mutilée aux deux extrémités, grandeur naturelle.
4-5. Dryophyllum Dewalquei Sap. et Mar.; 4, feuille très-large mutilée aux deux extrémités, grandeur naturelle; 5, feuille remarquablement étroite, terminée supérieurement, grandeur naturelle.
6-8. Dryophyllum curticellense (Wat.) Sap. et Mar.; 6, feuille entière à la base, y compris le pétiole, mutilé a l'extrême sommet, grandeur naturelle; 7, portion de feuille montrant la terminaison supérieure, grandeur naturelle; 8, autre feuille plus étroite que les précédentes, mutilée aux deux extrémités, grandeur naturelle.


PLANCHE VIII.
1-7. Dryophyllum Dewalquei Sap. et Mar.; 1, portion médiane d'une feuille très large à dents obtuses et espacées, grandeur naturelle; 2, autre feuille presque complète, grandeur naturelle; 3, sommité d'une feuille longuement acuminée, grandeur naturelle; 4, autre sommité de feuille moins longuement acuminée; 5, terminaison supérieure d'une autre feuille lancéolée au sommet; 6, feuille plus petite montrant la face supérieure avec tous les détails du réseau veineux; 7, base d'une feuille montrant les dimensions du pétiole. Toutes ces figures sont de grandeur naturelle.


PLANCHE IX.
1. Mac-Clintockia heersiensis Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.
2-6. Cinnamomum sezannense Wat., feuilles, grandeur naturelle.
7-9. Cinnamumum ellipsoideum Sap. et Mar., feuilles, grandeur naturelle; on voit en 8a les détails de la nervation grossis.
10. Oreodaphne? apicitolia Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.


PLANCHE X.
1. Persea palaeomorpha Sap. et Mar., feuille complétée à l'extrême base, grandeur naturelle.
2-3. Phoebe tetrantheracea (Schimp.) Sap. et Mar.; 2, base d'une feuille; 5, partie médiane d'une autre feuille; grandeur naturelle.
4-7. Laurus Omalii Sap. et Mar.; 4, portion de feuille mutilée à la base et à l'extrême sommet; 5, feuille presque entière; 6, autre feuille mutilée latéralement et au sommet. Toutes ces figures sont de grandeur naturelle. La figure 7 représente une autre feuille naturellement déformée et vue par-dessus, attribuée avec quelque doute à la même espèce; grandeur naturelle.


PLANCHE XI.
1-2. Litsaea expansa Sap. et Mar.; 1, feuille presque complète, restaurée aux deux extrémités; 2, partie inférieure d'une autre feuille restaurée sur quelques points; grandeur naturelle.
3. Litsaea? viburnoides Sap. et Mar., feuille restaurée sur l'un des côtés, grandeur
naturelle.
4. Litsaea elatinervis Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.
5. Hamamelites gelindenensis Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.


PLANCHE XII.
1. Viburnum vitilolium Sap. ct Mar., feuille presque complète, grandeur naturelle.
2. Viburnum arcinerviun Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.
3. Hedera Malaisei Sap. et Mar., feuille légèrement restaurée, grandeur naturelle.
4. Aralia transversinervia Sap. et Mar., foliole? détachée, grandeur naturelle.
5. Aralia demersa Sap. et Mar., foliole? détachée, grandeur naturelle.
6. Aralia spinescens Sap. et Mar., foliole? détachée, grandeur naturelle.
7. Dillenia palaeocenica Sap. et Mar., partie médiane d'une feuille, avec tous les détails du réseau veineux, grandeur naturelle.


PLANCHE XIII.
1-5. Aralia Looziana Sap. et Mar.; 1, feuille de petite taille, mutilée sur l'un des côtés et à la base, grandeur naturelle; 2, feuille plus grande, mutilée à la base et sur les côtés, grandeur naturelle; 5, autre feuille beaucoup plus large, très mutilée avec un essai de restauration, grandeur naturelle.
4. Celastrophyllum belgicum Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.


PLANCHE XIV.
1. Aralia transversinervia Sap. et Mar., portion de foliole?, grandeur naturelle.
2. Celastrophyllum Benedeni Sap. et Mar., feuille presque complète, légèrement restaurée au sommet, grandeur naturelle.
3-5. Celastrophyllum serratum Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.
4-6. Salix longinqua Sap. et Mar.; 4, base d'une feuille, grandeur naturelle; 5, feuille presque complète, mutilée au sommet; 6, autre feuille plus étroite, mutilée au sommet; grandeur naturelle.
7. Salix Malaisei Sap. et Mar., fragment de feuille, grandeur naturelle.
8. Celastropltyllum Dewalqueanum Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.
9. Celastrophyllum Crepini Sap. et Mar., feuille, grandeur naturelle.

Aralia looziana Saporta & Marion
Aralia transversinervia Saporta & Marion
Benitzia minima Saporta & Marion
Carpolithes delineatus Saporta & Marion
Carpolithes sp. Brongniart
Celastrophyllum belgicum Saporta & Marion
Celastrophyllum benedenii Saporta & Marion
Celastrophyllum crepini Saporta & Marion
Chamaecyparis belgica Saporta & Marion
Cinnamomum larteti Wat.
Cinnamomum sezannense Wat.
Cocculus kanii Hr.
Cymodoceites nodosus Brongniart
Dewalquea gelindenensis Saporta & Marion
Dillenia palaeocenica Saporta & Marion
Dryophyllum curticellense (Wat.) Saporta & Marion
Dryophyllum dewalquei Saporta & Marion
Dryophyllum laxinerve Saporta & Marion
Eucalyptus oceanica
Laurus heersiensis Saporta & Marion
Laurus omalii Saporta & Marion
Litsaea elatinervis Saporta & Marion
Litsaea expansa Saporta & Marion
Mac-Clintockia heersiensis Saporta & Marion
Osmunda eocenica Saporta & Marion
Pasianopsis retinervis Saporta & Marion
Pasianopsis sinuatus Saporta & Marion
Persea palaeomorpha Saporta & Marion
Phoebe tetrantheracea Schimper
Poacites latissimus Saporta & Marion
Posidonia perforata Saporta & Marion
Quercus diplodon Saporta & Marion
Quercus loozi Saporta & Marion
Quercus odontophylla Saporta & Marion
Quercus palaeodrys Saporta & Marion
Quercus parceserrata Saporta & Marion
Quercus sp. L.
Salix longinqua Saporta & Marion
Viburnum vitifolium Saporta & Marion
Zamites sp. Brongniart
Zostera nodosa (Brongniart) Saporta & Marion

Bibliographie
Kryshtofovich, A.N., 1955, Razvitie botaniko - geograficeskich oblast'ej Severnogo poluscharija s nacala treticnogo perioda. , In Sbornik: Voprosy geologii Azii, 2. Nauka, Moskva: 825 - 844 (en russe).
Mai, D.H., Palaeofloristic changes in Europe and the confirmation of the Arctotertiary-Palaeotropical geofloral concept., 1991 , Review of Palaeobotany and Palynology, 68(1/2): 29-36.
Mai, D.H., 1995, Tertiäire Vegetationsgeschichte Europas. Methoden und Ergebnisse., G. Fischer Verlag. Jena, Stuttgart, New York.
Moorkens, T., 1973, Forminiferen uit het stratotype van het Montiaan en uit de onderliggende lagen van de boring Obourg (Met een overzicht van de stratigrafie van het Paleoceen in Belgiè)., Natuurwetensch. Tijdschr., 54 (4-5): 117-127.
Saporta, G. de et Marion, A.F., 1873, Essai sur l'état de la végétation à l'époque des marnes heersiennes de Gelinden., Mémoire couronné de l'Académie royale de Belgique, Bruxelles, 37: 1-94, 12 pl.
Saporta, G. de et Marion, A.F., 1877, Révision de la flore heersienne de Gelinden., Mémoire couronné de l'Académie royale de Belgique, Bruxelles, 41: 1-112, 14 pl.
Steurbaut, E., 1998, High-resolution holostratigraphy of Middle Paleocene to Early Eocene strata in Belgium and adjacent areas., Palaeontographica, A, 247: 91 - 156.
Stockmans, F., 1932, Posidonia perforata Saporta et Marion des Marnes de Gelinden., Bulletin du Musée royal d'Histoire naturelle de Belgique, Bruxelles, 8 (27): 1 - 9.
Stockmans, F., 1932, Sur les épidermes de dicotylédonées (Dewalquea gelindenensis Saporta et Marion et Litsea elatinervis Saporta et Marion ) des Marnes de Gelinden (Paléocène)., Bulletin du Musée royal d'Histoire naturelle de Belgique, Bruxelles, 8(9): 1-10.
Stockmans, F., 1960, Initiation à la Paléobotanique stratigraphique de la Belgique. Guide de la salle des végétaux fossiles., Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, Bruxelles: 222 p.

Par Dinoland