Bienvenue sur Gigadino !
Forum                             T'chat                             Livre D'or                             Me contacter
 

     Paléontologie
   

     Littérature
  Documentaires :

Romans :
- Jurassic Park

Bandes desinnées
- Jurassic Park ; la BD du film
 
 
      Films & DVD
 

- Jurassic Park
- Le Monde Perdu
- Jurassic Park III
- Dinosaure
- S
ur la Terre des Dinosaures
- L'incroyable aventure de Big Al
- Prehistoric Park

Coffrets et objets dérivés

- Jurassic park - Trilogie Ultimate Collection

 
 
     Jeux videos
  Super Nes :
- Jurassic Park

Game Cube :
- StarFox Adventure
- Turok Evolution

Xbox :
- Dino Crisis 3
- Jurassic Park : Opération Genesis
Turok Evolution

GBA :
- Jurassic Park III : Dino Attack

Ordinateur :
- Zoo Tycoon : Dinosaur Digs
- Turok Evolution
- Jurassic Park : Opération Genesis
 

Extra
   
Paléobiogéographie
Les recherches paléontologiques complexes rassemblent également les données fondamentales de la paléogéographie (répartition des continents, des mers et des océans au cours de l'histoire géologique) et de la paléoclimatologie (étude du climat et de ses modifications dans le passé géologique).
Aujourd'hui, il est évident et pratiquement reconnu par tous que la position des continents n'est pas stable, que les continents flottent comme des icebergs sur le manteau terrestre. Leurs mouvements ne sont pas fortuits mais dépendent de l'expansion des fonds marins dans les dorsales médianes, due aux mouvements complexes de la matière à l'intérieur du manteau. La paléontologie a fourni de nombreuses preuves pour soutenir la théorie de ce que l'on a d'abord appelé la théorie de la « dérive des continents ».
L'exemple le plus ancien à cette échelle, au Paléozoïque et au Mésozoïque, est celui d'un vieux continent de l'hémisphère Sud, le Gondwana, qui incluait l'Afrique à l'exception de sa partie septentrionale, Madagascar, une partie du sud de l'Asie, l'Australie, l'Amérique du Sud et l'Antarctide. Tous ces territoires sont caractérisés par certains types communs d'organismes dont l'existence serait difficilement explicable si l'on n'admet pas l'hypothèse d'un continent unique aux époques considérées. D'autres considérations géologiques et géophysiques ont d'ailleurs corroboré cette hypothèse.
Il est nécessaire d'établir un tableau paléobiogéographique, c'est-à-dire un tableau de l'aire d'extension des fossiles, objet de la paléobiogéographie. Certaines espèces n'existent que sur un seul petit territoire; elles sont dites endémiques. La plupart des organismes ont une extension plus large et beaucoup existent dans le monde entier (espèces cosmopolites). Nombre d'espèces ou de catégories plus élevées ont une extension géographique nettement délimitée et on ne les trouve pas dans d'autres territoires. Les territoires constituent des provinces caractérisées soit par des faunes, soit par des flores. Par ex. la province à Olenellus (du nom d'un genre de trilobite du Primaire) qui englobe des régions appartenant de nos jours à l'Europe nord-occidentale et à l'est des États-Unis; ou la province Gondwanienne, caractérisée par des flores contemporaines ou successives à Rhacopteris et à Glossopteris, genres de « fougère à graines» de la fin du Primaire. A cette époque d'ailleurs, il y avait quatre empires floristiques que l'on appelle provinces Euraméricaine, Sibérienne, Cathaysienne et Gondwanienne. L'étendue d'une paléoprovince est liée à la position des zones climatiques de l'époque pour la reconstitution desquelles l'importance de la paléobiogéographie est plus qu'évidente.