Bienvenue sur Gigadino !
Forum                             T'chat                             Livre D'or                             Me contacter
 

     Paléontologie
   

     Littérature
  Documentaires :

Romans :
- Jurassic Park

Bandes desinnées
- Jurassic Park ; la BD du film
 
 
      Films & DVD
 

- Jurassic Park
- Le Monde Perdu
- Jurassic Park III
- Dinosaure
- S
ur la Terre des Dinosaures
- L'incroyable aventure de Big Al
- Prehistoric Park

Coffrets et objets dérivés

- Jurassic park - Trilogie Ultimate Collection

 
 
     Jeux videos
  Super Nes :
- Jurassic Park

Game Cube :
- StarFox Adventure
- Turok Evolution

Xbox :
- Dino Crisis 3
- Jurassic Park : Opération Genesis
Turok Evolution

GBA :
- Jurassic Park III : Dino Attack

Ordinateur :
- Zoo Tycoon : Dinosaur Digs
- Turok Evolution
- Jurassic Park : Opération Genesis
 

Extra
   
Repenomamus
Repenomamus giganticus est le nom d'un nouveau mammaliaforme de Chine qui a fait couler beacoup d'encre. Son petit cousin le repenomamus robustus est de la moitié de la taille de celui-ci.
Premièrement, il s'agit là, pour le moment, du plus gros mammifère mésozoique jamais retrouvé,
Alors que la plupart du temps les mammifères mésozoiques sont décris comme petits insectivores, voici un animal de plus de 15 kilos et carnassière comme il n'existe que deux mammifères consommant souvent des charognes les auteurs de l'article pensent raisonablement que l'animal fut prédateur. Jusqu'à présent aucune hypothèse conçernant la taille des mammifères n'est satisfaisante. Certains pensent que c'est parce que les niches écologiques étaient occupées par les dinosaures de petites tailles diurnes et aussi par les reptiles, genre lézards que les mammifères et les mammaliaformes semblaient se cantonner dans les niches écologiques insectivores, arboricoles et nocturnes. Mais cela n'est pas convainquant pour tout.
Les deux espèces de Repenomamus jettent une nouvel éclairage sur ces mammifères mésozoique et aussi les interactions qu'ils ont eu avec la faune de leur époque.
Ils datent du crétacé inférieur et ont été retrouvés dans la province du Liaoning, dans la formation yixian.
Il semble ne pas présenter de traits crâniens très dérivés (très avancés). Les mâchoires ne semblent pas, par exemple, avoir été pourvues de muscles pour assurer la mastication comme chez les mammifères modernes (en bougeant la machoire d'un côté à l'autre, en utilisant au mieux le plan tribosphénique) mais au contraire seulement permettre une action cisaillante avec les dents qui portent toutes des cuspides très pointus (1).
Les muscles des mâchoires semblent puissants si on en juge par l'importante crête sagitale (2, sc, sagital crest) et la fosse masseterique de la mandibule (3).



Le squelette locomoteur est lui aussi curieux. La ceintures scapulaire (omoplates) est dotée de caractères dérivés et la ceinture pelvienne (os du bassin) semble bizarrement "primitive". Elles devaient permettre un déplacement par reptation oscillante mammalienne un peu comme celles constatée chez Onithoraynchus (ornithorhynque).
Ces dispositions ostéologiques permettent de dire qu'il n'avait pas d'aptitudes à la course. (no cursorial abilities)



Régime alimentaire

Dans le contenu gastrique de la seconde espèce, le Repenomamus robustus, on a trouvé les ossements d'un cératopsien juvénile, de genre Psittacosaurus.
Les os ne sont pas brisés et encore en connexion ce qui laisse supposer que les possibilités de dépeçage de l'animal étaient limitées et qu'il se contentait d'arracher de gros morceaux et de les avaler entiers.



Nous voyons en rouge les os de la patte arrière encore en connexion, et en bleu les os des pattes avants. D'après l'études des os l'animal n'a pas été consommé à l'état d'embryon mais plutôt à l'état de juvénile. Il aurait donc été chassé puisque les auteurs n'ont pas retenu l'hypothèse du charognage.


Reconstitution de
Repenomamus giganticus

Référence :
Hu, Meng, Wang, Li, Nature, 2005, vol 433, p. 149-152.
Images copyrithed Nature, 2005 sauf la dernière qui n'émane pas de la célèbre revue.

Par Gigy