Bienvenue sur Gigadino !
Forum                             T'chat                             Livre D'or                             Me contacter
 

     Paléontologie
   

     Littérature
  Documentaires :

Romans :
- Jurassic Park

Bandes desinnées
- Jurassic Park ; la BD du film
 
 
      Films & DVD
 

- Jurassic Park
- Le Monde Perdu
- Jurassic Park III
- Dinosaure
- S
ur la Terre des Dinosaures
- L'incroyable aventure de Big Al
- Prehistoric Park

Coffrets et objets dérivés

- Jurassic park - Trilogie Ultimate Collection

 
 
     Jeux videos
  Super Nes :
- Jurassic Park

Game Cube :
- StarFox Adventure
- Turok Evolution

Xbox :
- Dino Crisis 3
- Jurassic Park : Opération Genesis
Turok Evolution

GBA :
- Jurassic Park III : Dino Attack

Ordinateur :
- Zoo Tycoon : Dinosaur Digs
- Turok Evolution
- Jurassic Park : Opération Genesis
 

Extra
   
Tricératops
Fiche d'identité
Classification
Ordre : Ornithischiens
Sous-Ordre : Cératopsien
Super-famille : Néocératopsien
Famille : Cératopsidés
Genre : Tricératops
Période
Crétacé supérieur(-70 -65 ma)
Dimensions
Longueur : 9 m
Hauteur : 5 m
Poids : 5 tonnes

Les caractéristiques des Cératopsidés
Chez tous ces Cératopsidés, la tête est considérablement plus grande, en proportion du corps, que chez les Protocératopsidés. De plus la totalité des caractéristiques propres auc Cératopsiens est présente: le bec pointu, la grande collerette couvrant la nuque et les grandes cornes. On peut se faire une petite idée du poids énorme de la tête de ces dinosaures en observant la structure des vertèbres cervicales. Les trois premières vertèbres situées juste derrière le crâne sont fusionnées, formant une structure osseuse monobloc. Tous les Cératopsidés (et certains Protocératopsidés) présentent ce type de transformation qui était sans doute un moyen de rendre rigide l'extrémité du cou afin de supporter le grand poids de la tête.
Aux côtés de grands prédateurs, certains dinosaures herbivores sont devenus particulièrement populaires, parmi lesquels le Tricératops figure en bonne place. Ce fut, à la fin du crétacé, l'un des derniers à prospérer et assista à la catastrophe qui mit fin à l'aventure de ces géants. Tricératops signifie en grec "face à trois cornes". Il a été découvert en 1888 et mérite son nom: son énorme crâne abordait trois cornes robustes et osseuses, la première sur le museau et les deux autres au dessus des yeux. Il mesurait 8 mètres de long et le point le plus haut de son dos atteignait 3 mètres. Ces proportions devaient inspirer un certain respect à la plupart des carnivores.
Sous la menace, ce tranquille quadrupède pouvait se transformer en un véritable char d'assaut difficile à abattre, même pour la terrible gueule du Tyrannosaure.



Au cours des cent dernières années, environ, les scientifiques ont décrit plus de 16 espèces de Tricératops, dont la plupart viennent de petites régions du Montana, du Wyoming et du Dakota du Sud. Récemment, deux scientifiques ont réexaminé tous les fossiles de Tricératops des musées du monde entier. Ils ont conclu qu'il n'existait qu'une espèce de Tricératops : Tricératops Horridus et que tous les spécimens appartenaient à cette dernière. Ils pensent qu'on avait séparé les Tricératops en autant d'espèces à cause de différences mineures dans la forme des crânes. Ces différences étaient dues à des variations dans la façon dont chaque animal se développait pendant sa vie. Les humains présentent eux aussi de telles différences.

Pour se défendre, le Tricératops utiliser donc ses cornes, en chargeant l'ennemi et en les enfonçant dans les flancs ou dans le ventre principalement. Il devait certainement charger comme un animal d'aujourd'hui, le Rhinocéros.




Conçu pour la défense
Tout le corps du Tricératops lui servait pour se défendre. Ses longues cornes le rendaient quasi inattaquable de front et sa collerette osseuse consistuait une protection optimale pour le cou. Il bougeait avec habilité un crâne dont les proportions étaient pourtant impressionnantes: la seule tête pouvait atteindre 3 mètres de long. Son corps trapu et arqué, porté par quatre membres, était recouvert d'une peau épaisse et résistante. Des éperons venaient compléter son armure dorsale, lui garantissant une certaine sécurité en cas d'attaque au niveau des épaules. Le Tricératops caractérisé par sa posture digitigrade: à l'instar des éléphants, il marchait et courrait sur l'extrémité de ses doigts. Cette particularité devait lui permettre de se déplacer assez agilement, en dépit de son énorme masse. Quoique sa vitesse de course ne dût pas dépasser les 25km/h, sa capacité à trotter faisait de lui une proie difficile tout comme les éléphants actuels.







Une mère affectueuse
Comme chez tous les dinosaures, les petits du Tricératops sortait d'un oeuf dont les dimensions, très réduites en comparaison de l'animal adulte, devaient atteindre les proprtions d'un oeuf d'autruche. Pour comprendre comment ces dinosaures couvraient leurs oeufs, les paléontologues ont procédé à l'étude de leurs cousins les Protocératops, dont on sait qu'ils constuisaient de grands nids formés de terre et de feuilles. Ces couveuses naturelles étaient aussi des cachettes sûres. En outre, il est très probable que les adultes défendaient leurs petits: on a trouvé des ossements de Protocératops d'âge divers regroupés dans un secteur défini, une sorte d'asile et de nid.



Les avantages du groupe
La vie en troupeau présentait de nombreux avantages. Le groupe était mieux armé pour se défendre d'éventuelles attaques. Il pouvait également occuper des territoires très vastes, qu'il exploitait en alternance, de façon à garantir un approvisionnement continu en nourriture. Le troupeau était probablement dirigé par des mâles dominants, qui se disputaient le rôle de chef lors de combats rituels précédents l'accouplement. Ce comportement est celui que l'on peut observer chez les éléphants actuels auxquels, du point de vue éthologique, les Tricératops ressemblent le plus.




Le genre Triceratops:

En 1887, George L. Cannon découvrit une paire de cornes de bonne taille, à Green Mountain Creek, près de Denver dans le Colorado. Il envoya sa découverte à O.C Marsh, qui la décrivit comme une espèce de bison, disparue récemment ("Bison alticornis").
L'année suivante, un propriétaire de ranch du Niobrara County (Wyoming), apporta à J.B Hatcher une grande corne qu'il avait découvert. Hatcher présenta ce fossile à Marsh; celui-ci le renvoya très vite dans le Wyoming, pour y découvrir le reste de l'animal.
Ce qu'il fit en 1889, où il eut la chance de dégager un crâne quasiment complet, pesant plus d'une tonne. Marsh nomma ce fossile "Ceratops horridus", mais, comme ce nom était déjà pris, il le renomma Triceratops horridus, "face à trois cornes terrifiante". Ce n'est qu'en 1907 que le fossile rapporté à Bison alticornis fut attribué à Triceratops.
Marsh créa pour ces fossiles cornus la famille Ceratopsidae, dont les représentants se distinguent par l'aspect de leur crâne et leur corps massif.

Le crâne de Triceratops peut atteindre plus de deux mètres de long; il est pourvu de deux longues cornes postorbitales, pointant vers le haut et vers l'avant, et d'une corne nasale assez courte, pointant également vers l'avant. Le crâne se prolonge vers l'arrière d'une colerette relativement courte, qui présente une rangée régulière d'os époccipitaux coniques. Triceratops est les eul Ceratopsidé à présenter une colerette courte de Centrosauriné et des longues cornes frontales de Chasmosauriné, sous-famille dans laquelle il est néanmoins classé. Enfin, le crâne est pourvu d'un "bec" corné, typique des Ceratopsiens, et de mâchoires puissantes munies de dents robustes et auto-affûtables.
Le crâne pesant est porté par un cou court et fort, dont les trois premières vertèbres (sur dix) sont fusionnées, formant une structure monobloc. Le reste du corps est massif et trapu, soutenu par des membres épais et puissants, terminés par des doigts en "sabot" (Triceratops marchait sur la pointe des pieds). La queue est courte, à l'instar des autres Ceratopsidés (38/50 caudales). Signalons que des études récentes démontrent que Triceratops n'était pas capable de galoper, mais seulement de trotter.
Triceratops horridus mesurait jusqu'à neuf mètres de long, pour poids estimé à plus de cinq tonnes.
Grégaire, Triceratops vivait en troupeau; son territoire s'étendait le long de la Mer Intéreure qui, à la toute fin du Maastrichtien, commencait à s'assécher. Il se nourrissait de plantes herbacées et fibreuses qu'il coupait de son bec et qu'il broyait avec ses dents robustes. Sa colerette vascularisée faisait certainement office de régulateur thermique, libérant ou emmagasinant la chaleur, selon qu'il se trouvait à l'ombre ou au soleil. Les mâles se disputaient entre eux la conduite du troupeau, les cornes pouvant infliger des blessures, comme le montrent certains os; néanmoins, on peut supposer que le plus souvent, il leur suffisait d'exhiber leur colerette, qui devait être vivement colorée, pour faire fuir la plupart des prétendants.
On représente souvent le combat acharné entre Triceratops et son contemporain Tyrannosaurus rex; on peut cependant supposer que le carnivore devait réfléchir à deux fois avant de s'attaquer à un Triceratops adulte ... les jeunes isolés ou les individus malades devaient être des cibles préférées.

Plus d'une dizaine d'espèces ont été attribuées au genre Triceratops; or il est peu probable qu'il y ait eu de si nombreuses espèces différentes sur une période aussi courte; ces espèces représentent plutôt des spécimens jeunes ou âgés, mâles ou femelles.

Les espèces de Triceratops:
Avec lieux de découvertes.

¤ T.horridus Marsh, 1889
Crâne: 2 m - Colorado (Laramie), Wyoming (Lance), Dakota du Nord et Dakota du Sud (Hell Creek)

¤ T.albertensis Sternberg, 1949
1/2 crâne: 1.93 m - Alberta (Scollard) - Synonyme
¤ T.alticornis Marsh, 1887
Deux cornes incomplètes - Wyoming (Lance) - Synonyme
¤ T.brevicornus Hatcher, 1905
Crâne: 1.65 m - Wyoming (Lance) - Synonyme
¤ T.calicornis Marsh, 1898
Crâne: 2.10 m, un squelette incomplet - Wyoming (Lance) - Synonyme
¤ T.elatus Marsh, 1891
Un crâne incomplet: 1.93 m - Wyoming (Lance) - Synonyme
¤ T.eurycephalus Schlaikjer, 1935
Crâne: 1.38 m, un squelette incomplet - Wyoming (Lance) - Synonyme
¤ T.flabellatus Marsh, 1889
Crâne: 1.88 m - Wyoming (Lance, Evanston) - Synonyme
¤ T.galeus Marsh, 1889
Un crâne incomplet - Colorado (Denver) - Nomen dubium
¤ T.ingens Lull, 1915
Un crâne et un squelette incomplet - Wyoming (Lance) - Nomen dubium
¤ T.maximus Brown, 1933
Huit vertèbres et deux côtes - Montana (Hell Creek) - Nomen dubium
¤ T.obtusus Marsh, 1898
Un crâne incomplet et une scapula - Wyoming (Lance) - Synonyme
¤ T.prorsus Marsh, 1890
Crâne: 1.52 m, un squelette incomplet - Saskatchewan (Frenchman), Montana (Hell Creek), Wyoming (Lance) - Synonyme
¤ T.serratus Marsh, 1890
Crâne: 1.7 m - Montana (Hell Creek), Wyoming (Lance) - Synonyme
¤ T.sulcatus Marsh, 1890
Un crâne incomplet, humérus, vertèbres - Wyoming (Lance) - Nomen dubium

D'autres fossiles ont été récoltés, sans que l'on puisse les attribuer à telle ou telle espèce (T.sp.), découvert dans:
Saskatchewan (Frenchman), Utah (Kaiparowitz), Colorado (Laramie, Denver), Montana (Hell Creek), Wyoming (Medicine Bow, Ferris, Lance), Dakota du Nord (Hell Creek), Dakota du Sud (Hell Creek).







Par le Webmaster du site ; Dinoman
et Lolo