Bienvenue sur Gigadino !
Forum                             T'chat                             Livre D'or                             Me contacter
 

     Paléontologie
   

     Littérature
  Documentaires :

Romans :
- Jurassic Park

Bandes desinnées
- Jurassic Park ; la BD du film
 
 
      Films & DVD
 

- Jurassic Park
- Le Monde Perdu
- Jurassic Park III
- Dinosaure
- S
ur la Terre des Dinosaures
- L'incroyable aventure de Big Al
- Prehistoric Park

Coffrets et objets dérivés

- Jurassic park - Trilogie Ultimate Collection

 
 
     Jeux videos
  Super Nes :
- Jurassic Park

Game Cube :
- StarFox Adventure
- Turok Evolution

Xbox :
- Dino Crisis 3
- Jurassic Park : Opération Genesis
Turok Evolution

GBA :
- Jurassic Park III : Dino Attack

Ordinateur :
- Zoo Tycoon : Dinosaur Digs
- Turok Evolution
- Jurassic Park : Opération Genesis
 

Extra
   
L'evolution des Arctoïdes
Les Arctoïdes (Ursidés, Mustellidés, Procyonidés)

Ce groupe comporte les trois familles des Ursidés, Mustellidés et Procyonidés, très voisines à la base et que l'on peut ramener jusqu'au voisinage immédiat d'une forme comme "Cynodon", de l'oligocène inférieur d'ailleurs très proche d'Hesperocyon . Dans ce groupe, nous trouvons les plus "herbivores" des carnivores, leur origine commune et la structure de leur région auditive les rapprochent bien les uns des autres, par ce fait, les nombreuses formes de l'oligocène sont difficile à classer.


Un ours actuel
www.regional02.ca

Les Ursidés actuels (Usrsinés) compte parmi les plus spécialisés des carnivores. ces formes, peu nombreuses et très voisines entre elles, représentent l'aboutissement d'une lignée secondaire alors que la branche centrale du groupe c'est éteinte au Miocène.

Les Ours se caractérisent par une alimentation mixte avec souvent une nette prédominance végétarienne. leur denture reflète bien ce régime alimentaire. Les canines sont fortes mais peu acérés, les prémolaires , les prémolaires réduites, les carnassières très peu tranchantes. La partie broyeuse de la dentition est très développée et les molaires présentent une multiplication de denticules qui n'est pas sans rappeler celle de certains Artiodactyles (Suidés) à régime semblable. Le crâne est allongé et relativement bas avec le museau à extrémité élargie ou les séries dentaires symétriques tendent à être parallèles. Les membres sont très robustes et les pieds à cinq doigts franchement plantigrade. Le tronc est raccourci et la queue quasi absente.


Un ours (plantigrade), un chien (digitigrade) et un cheval (ongulé)

 

Les caractéristiques communes aux ours sont une fourrure dense, une queue courte, de grandes capacités olfactives et d'audition et cinq griffes non rétractiles.

Les ours ont un grand corps avec des membres puissants. Sur leurs pattes arrières, ils marchent presque comme des humains. Ils ont de larges pattes, un museau allongé et des oreilles rondes. Leurs dents sont utilisées pour la défense et comme outils et dépendent du régime de l'ours. Leurs griffes sont employées pour déchirer, creuser, et attraper.

Beaucoup d'ours des régions nordiques « hibernent » en hiver. Ils n'hibernent pas réellement. La température de leur corps descend relativement bas et ils peuvent être facilement réveillés. Ils sont des semi-hibernants

Ils sont principalement omnivores, bien que certains aient un régime plus spécialisé, comme les ours blancs, essentiellement carnivores, ou le panda géant, qui se nourrit principalement de bambous. Ils mangent des lichens, des racines, des noix, et des baies. Ils peuvent également aller à un fleuve ou à toute autre eau de surface pour capturer des poissons. Des animaux comme les brebis constituent également une source de nourriture. L'ours est une espèce melliphage. Il aime manger du miel lorsqu'il en trouve. Les ours voyageront généralement loin des sources de nourriture, Ils pratiquent habituellement la chasse au crépuscule,

L'histoire des ursidés apparait assez simple, la forme primitive centrale parait être" Cephalogale " de l'oligocène d'Europe , elle se caractérise par une denture restée primitive, avec des carnassières relativement tranchantes et des molaires supérieure subcarrées à quatre denticules principaux., pour le crâne, celui ci est aussi d'aspect primitif.

A partir de la se developpent au Miocène d'une part la lignée centrale des Hémicyoninés restant dentairement conservatrice et d'autre part celle qui conduit aux ours actuels on peu uivre sur ce groupe l'évolution de la dentition des ours jusque leur émoussement.

 
Un crane d'ours des cavernes


Les diverses lignées des formes actuelles divergent vers la fin du Miocène. Un groupe important éteint et celui des Agriothèriinés, fait la transition avec les Hémicyoninés par ses caractères dentaires.

Une forme proche de l'ours brun à joué un grand rôle au quaternaire tardif, c'est bien sur l'Ursus Spelaeus, l'ours des cavernes, très abondant en Europe pendant la dernière glaciation. c'était une espèce de grande taille presque exclusivement herbivore d'après sa dentition. ces restes sont souvent nombreux dans certaines grottes.

 
Ursus Spelaeus ou ours des cavernes

Bien diversifiés dans la faune actuelle (fouines, blaireaux, Martres, Belettes, Loutres, visons et Gloutons) pour ne citer qu'eux, les Mustellidés ont une histoires compliquée. elle se déroule suivant de très nombreuses et courtes lignées, souvent divergentes et très difficile à reconnaïtre avec précision. De nombreux parallélismes et convergences viennent compliquer ce buissonnement évolutif. De plus cela est encore plus ardu a cause que de nombreux Mustellidés anciens sont dèja assez spécialisés, comme Palaeogale de l'Oligocène inférieur.

 
Le Glouton, un mustélidé encore présent actuellement

Dans ce groupe, il y a des canines moyennes, des prémolaires serrées des carnassières très variables dans leur qualité tranchante. On note très vite la perte d'une molaire en bas et deux en haut ; celles qui demeurent sont assez variables, mais on assiste volontiers sur M1 à un développement considérable de la partie postéro-interne de la couronne qui peut parfois devenir énorme. L'occlusion, en bas, est alors assurée par la talonide de la carnassière qui s'agrandit beaucoup, la M2 reste petite .

Le crâne est généralement large en arrière, a un museau plutôt court. Les pattes sont souvent petites et le tronc est allongé. Certaines formes fossiles atteignirent la taille d'un loup. je ne m'étendrais pas trop a cause de la complexité du groupe des mustélidés mais disons simplement que les ancêtres direct des formes actuelle sont connus des différents niveaux du Miocène supérieur ou du pliocène.

A l'Oligocène supérieur, curieusement dominent des genres un peu spécialisés. C'est le cas notamment du Potamothérium, un Lutriné qui, par des adaptations plus poussées a la vie semi-aquatique, s'éloigne un peu de la lignée conduisant à nos loutres actuelles.

 
Le Potamothérium de l'oligocène

Les Procynoïdés représentent une famille peu nombreuse actuellement et dont les formes fossiles sont rares. On ne les connaît de nos jours que d'Asie et en Amérique, mais des trouvailles indiquent également une présence dans d'autres continents au Néogène . Si ceux ci dérivent du cynodon, ils seraient d'origine Européenne. ces animaux, sont de taille variée, sont grimpeurs et vivent en forêt, dans les formes actuelles, les Ratons, les Coatis et Pandas sont les plus connues. Ils ont acquis secondairement un régime alimentaire omnivore avec un grand développement de la partie broyeuse des dents et un affaiblissement des carnassières. Les prémolaires sont très variées et peuvent devenir tranchantes et allongées ou même ressembler a des Molaires simples (Schlossericyon et Ailurus) . Comme chez les Mustelidés dont ils sont sans doute à la base, il y a vite une perte de la M3/3 mais la M 2 reste en place.

 
Le Panda est désormais protégé

Il y a une assez nette tendance à la créationsur les molaires de pointes supplémentaires a coté de la présence d'un hypocône bien individualisé. Il semble que diverses lignées se sont divisées tôt (vers le Miocène peut être même avant). Celle de Bassariscus, trouvée d'abord en Europe (Broiliana) puis dès le milieu du Miocène en Amérique du Nord, conduit à des formes actuellement peu évoluées.

Une lignée voisine peut être a, elle, dévié du schéma normal du groupe en gardant les grandes carnassières assez tranchantes avec aussi une partie broyeuse bien développée. ce rameau s'éteint au Pontien (Simocyon).


© J.C. Jouault 2003
Le Raton laveur

Le groupe de Procyon (raton laveur) semble avoir été depuis longtemps Nord Américain. Une forme contestée, Ailuropoda, le grand Panda, devenu absolument herbivore et dont les ancêtre tertiaires sont inconnus , voit sa position osciller entre les familles des Procyonidés et des ursidés.


Réalisé en collaboration avec Dinoland