Bienvenue sur Gigadino !
Forum                             T'chat                             Livre D'or                             Me contacter
 

     Paléontologie
   

     Littérature
  Documentaires :

Romans :
- Jurassic Park

Bandes desinnées
- Jurassic Park ; la BD du film
 
 
      Films & DVD
 

- Jurassic Park
- Le Monde Perdu
- Jurassic Park III
- Dinosaure
- S
ur la Terre des Dinosaures
- L'incroyable aventure de Big Al
- Prehistoric Park

Coffrets et objets dérivés

- Jurassic park - Trilogie Ultimate Collection

 
 
     Jeux videos
  Super Nes :
- Jurassic Park

Game Cube :
- StarFox Adventure
- Turok Evolution

Xbox :
- Dino Crisis 3
- Jurassic Park : Opération Genesis
Turok Evolution

GBA :
- Jurassic Park III : Dino Attack

Ordinateur :
- Zoo Tycoon : Dinosaur Digs
- Turok Evolution
- Jurassic Park : Opération Genesis
 

Extra
   
Mapusaurus
Fiche d'identité
Classification
Classe : Sauropsida
Super-ordre : Dinosaure
Ordre : Saurischien
Sous-ordre : Theropode
Infra-ordre : Carnosaure
Super-famille : Allosauroidé
Famille : Carcharodontosauridé
Sous-famille : Giganotosauriné
Période
Crétacé supérieur (99-93 ma) 
Dimensions
Longueur : 11 à 14 m  
Poids : 7 tonnes


Revue ostéologique de Mapusaurus, par Gigy :


Son nom vient de Mapuche des indigènes locaux et dans leur langue cela signifie "reptile de la terre", roseae vient de la couleur des roches dans lesquelles les fossiles furent trouvés qui sont roses. Aussi en hommage à Rose Letwin (Seatle) une mécène qui a financé en partie les campagnes pendant trois années de 1999, 2000, 2001. Vu la taille du chantier cela à pris longtemps, le plus grand projet paléontologique de tous les temps en Argentine !

Le site s'appelle Canadon del gato, et est situé en plein dans la formation de huincul, dans du crétacé sup, Cénomanien. Ce site est très intéressant pour deux choses :

D'abord vu, et ce malgré la découverte de fossiles de Argentinosaurus huinculensis dans la même formation, mais pas le même site, la rareté des fossiles dans cette formation et deux vu le carcatère monospécifique des fossiles de Canadon del gato (une seule espèce, d'un grand carnivore généralement très rares, ici la concentration et le carcatère monospécifique en font quelque chose d'exceptionnel. C'est la première fois que l'on a cela pour un allosauroidea sans critère d'accumulation comme la présence de carcasses de proies ou autre. Ici rien de tout ça (comme dans les carrières de l'utha qui présentent des critères d'accumulations de carcasses d'Allosaurus).
Le site présente un assemblage monospécifique unique qui permettrait d'inférer et de proposer l'hypothèse de comportements sociaux chez les grands carcharodontosauridae.
Les spécimens présentent des caractères qui les placent indubitablement dans les carcharodontosauridae.
La publi se concentre sur une description des pièces du squelette et fait aussi une brève incursion en proposant un classement phyllogénétique avec l'adoption d'une nouvelle famille ; les giganotosaurinae.
Il a été décidé que Mapusaurus était différent de Giganotosaurus sur base de tout une série de critères comme :
les os nasals sont épais, très ornementés et non fusionnés, la fosse préobitaire est étendue plus largement qu'elle ne l'est chez Giganotosaurus, la fenêtre maxilaire est plus petite, etc...

L'holotype est MCF-PVPH-108.1 nasal.
Mapusaurus est connu par environ 90% de son squelette si on rassemble les pièces des différents individus en un squelette composite.
Cependant vu les très grandes différences d'âge, il faudra d'abord voir les conséquence de la croissance sur le squelette avant de proposer une reconstitution globale. Voici une revue détaillée des pièces dont on dispose :
nombre d'individu de 7 à 9. NMI (nombre minimum d'individus)

Maxillae: 3 gauches, 2 droits
Le plus grand est MCF-PVPH-108.169 et il mesure 620 mm, mais tout le processus jugal manque.
Nasal
Lachrymal
Post orbitaire
2 jugaux des deux individus d'âge différents.
Carré
4 dentaires partiels, des différents individus de tous âges.
Splénial d'un très grand individu.
Sur angulaire (petit)
Préarticulaire gauche (petit)
Angulaire
Dents isolées par centaines, avec racines ou pas certaines complêtes.
Vertêbres:
Axis, cervicales, dorsales (avec épines neurales très élevées), sacrées, caudale de la partie antérieure, caudale de la partie postérieure.
Scapula, (grand individu)
Coracoïde, (Gauche)
Fourchette ou partie de gastralia.
Humérus (court et robuste comme chez Acrocanthosaurus)
Radius (court et robuste)
Metacarpe ( aussi grand que chez Acrocanthosaurus)
1 griffe très semblable à celle d'Allosaurus
Plusieurs illions.
Des parties de pubis.
Un ischion (MCF-PVPH-108.165) de 1010 mm soit 10 % plus grand et plus robuste que chez l'holotype de Giganotosaurus. cet individu est probablement le plus grand de tout le graveyard. Il doit atteindre (voir dépasser) la taille de Giganotosaurus holotype ou même Giganotosaurus paratype (MUCPV-CH-1 et MUCPV-95).
3 femorae complets et 10 partiels.
4 fibulae complets et plusieurs fragments.
3 tibiae complets et 6 partiels
Astragale droit
Metatarses droit
Phalanges


FIG. 2. — Mapusaurus roseae n. gen., n. sp.: A, B, left maxilla (MCF-PVPH-108.169); A, lateral view; B, medial view; C, D, right maxilla (MCF-PVPH-108.115); C, lateral view; D, medial view; E-G, left maxillary fragment (MCF-PVPH-108.11); E, posterior view; F, medial view; G, anterior view. Abbreviations: 1, 3, 12, first, third and 12th alveoli; af, antorbital fossa; amp, anteromedial process; ap, ascending process; ma, maxillary antrum; mf, maxillary fenestra; pa, postantral strut; pmr, promaxillary recess; ps, palatal shelf. Scale bars: 10 cm.
© Geodiversitas,2006, Coria &Currie, modified by Maingeot

Le maxilla :

1.12 Dents, probablement comme Giganotosaurus bien que le maxilaire de l'holotype soit cassé. Chez Mapusaurus il est entier (chez MCF-PVPH-108.115).

2. Les alvéoles dentaires montrent de grands locus pour abriter des dents de très grandes tailles.

3. Les plaques interdentaires sont fusionnées entre elles et jusqu'au marge des maxillaires (comme chez la majorité des théropodes [abélisauria, tyrannosauroidea, allosauroidea... ] ).

4. Le plus grand Maxilla est préservé sur une longueur de 620 mm, mais le processus jugal manque.

Un autre maxilla d'un individu plus petit semble, lui, complet.

5. La surface latérale des maxilla est moins rigeuse que chez Giganotosaurus mais il pourrait s'agir d'un caractère du à la croissance car elles sont plus prononcées sur les restes partiels des grands individus.

6. Les marges inférieures des maxilla convergent à l'inverse de chez giganotosaurus où elles sont presque parallèles.

7. La Fosse préorbitaire est aussi très développée.

8. Mais au vu de la forme moins allongée des maxillae ceux ci sont moins allongé qu'ils ne le sont chez Giganotosaurus. Le crâne est donc plus court et plus trappu.

9. La fenêtre maxillaire est plus petite que chez Giganotosaurus.

Le nasal :


FIG. 3. ? Mapusaurus roseae n. gen., n. sp.: A-C, right nasal (MCF-PVPH-108.1); A, lateral view; B, dorsal view; C, ventral view; D, right nasal fragment (MCF-PVPH-108.12) in lateral view; E, F, left nasal fragment (MCF-PVPH-108.17); E, dorsal view; F, ventral view. Abbreviations: en, external naris; fc, frontal contact;
lc, lacrimal contact; mc, maxillary contact; pn, pneumatopores. Scale bar: 10 cm.
© Geodiversitas, 2006, corria & currie, modified by Maingeot

Il est long et épais, constitué normalement de deux os qui sont fusionnés chez Mapusaurus.

1. Ces os (fusionnés) sont concaves au dessus de la fosse préorbitaire en vue latérale.

2. Les rugosités sont très marquées au dessus de la fosse préorbitaire.

3. Elles sont aussi étendues latéralement.
Ces ornements sont connus chez Sinraptor et Allosaurus mais jamais dans les proportions qu'elles atteignent chez Giganotosaurus, Carcharodontosaurus et maintenant Mapusaurus (il devait en être de même pour Tyrannotitan mais on a pas trouvé de nasal pour lui).
Chez les Abelisauria et les tyrannoasauridae ces deux os sont convexes et présentent des rugosités qur toute leur surface, alors qu'elle sont latérales ici.

4. Le nasal est pneumatisé (2 pneumatophores) comme chez Sinraptor et Giganotosaurus mais au vu de la variabilité de ce carcatère (en nombre et en taille) on le considéréra avec prudence lorsqu'on veut l'intégrer dans une martice destinée à mettre en évidence des relations phyllogénétiques. (c'est bien ce que je pensais depuis toujours ce caractère est probalement une mutation neutre dans toute sa splendeur).

5. On a en outre une partie distale de nasal qui montre la partie supérieure de la fosse nasale (l'autre partie de la fosse étant sur la premaxillaire que l'on a pas).

Le lacrymal :

Le plus grand lacrymal fait 350 mm.


FIG. 4. ? Mapusaurus roseae n. gen., n. sp.: A-D, left lacrimal-prefrontal complex (MCF-PVPH-108.183); A, left lacrimal in lateral view; B, posterior view; C, anterior view; D, medial view; E-H, left lacrimal (MCF-PVPH-108.5); E, lateral view; F, posterior view; G, anterior view; H, medial view. Abbreviations: af, antorbital fossa; ls, lacrimal recess; pc, preorbital convexity; pf, prefrontal. Scale bar: 10 cm.
© geodiversitas, 2006, Coria & Currie, modified by Maingeot.

1. Présente un processus applati jusqu'au sommet de l'os comme chez la majorité des théropodes.

2.
- Il y a un processus convexe qui délimite la partie inférieure de l'orbite.
Cette convexité est présente chez Abelisaurus, Majungatholus, Sinraptor et Yangchuanosaurus.
- La marge latérale de la partie supérieure de ce processus est concave alors qu'elle est convexe chez Giganotosaurus.

3. Plusieurs pneumatophores s'étendent dans un large sinus visible en vue postérieure (le "sillon" lachrymal pneumatisé, witmer, 1997).

4. A l'inverse des tyrannosauridae (albertosauridae), allosaurus et Sinraptor, il n'y a pas de corne lacrymale conique.

5. Il présente une surface dorsale supérieure rugueuse qui n'est pas comme chez Giganotosaurus, chez qui ce sont des vraies crêtes, des rugosités pronnoncés et on parle même de petits reliefs semblables à de petites cornes.

La surface postérodorsale est dans le même plan que la surface du préfrontal.

6. Partie postérolatérale du préfrontal forme une suture sur laquelle viendra s'attacher le palpébral (partie située sur l'os postorbitaire).

Le post orbital :


FIG. 5.? Mapusaurus roseae n. gen., n. sp., right postorbital-palpebral complex (MCF-PVPH-108.177): A, lateral view; B, medial view; C, dorsal view; D, ventral view; E, posterior view. Abbreviations: lc, lacrimal contact; pal, palpebral; po, postorbital; po-p, suture postorbital-palpebral; sc, supraorbital crest. Scale bar: 10 cm.
© Geodiversitas, 2006, Coria & Currie, modified by Maingeot.

C'est un os relativement large, court et triangulaire en vue dorsale.

1) La surface dorsale est lisse et applatie.

2) La surface postéro dorsale est lisse sur les plus petits individus alors qu'elle est rugeuse sur les plus gros (caractère ontogénique).
Chez Giganotosaurus le postorbital n'est pas un os fusionné.

3) Le palpébral est chez Mapusaurus fusionné au post orbital, ce qui donne une forme semblable à celle que l'on voit chez Giganotosaurus.
La surface dorsale est moins rugueuse que chez Giganotosaurus.

4) L'angle entre le palpébral et le postorbital est proche des 90° alors qu'il est obtus chez Giganotosaurus.

5) Il y a une paire de formina en vue ventrale.

Et voici maintenant le résultat final :