Bienvenue sur Gigadino !
Forum                             T'chat                             Livre D'or                             Me contacter
 

     Paléontologie
   

     Littérature
  Documentaires :

Romans :
- Jurassic Park

Bandes desinnées
- Jurassic Park ; la BD du film
 
 
      Films & DVD
 

- Jurassic Park
- Le Monde Perdu
- Jurassic Park III
- Dinosaure
- S
ur la Terre des Dinosaures
- L'incroyable aventure de Big Al
- Prehistoric Park

Coffrets et objets dérivés

- Jurassic park - Trilogie Ultimate Collection

 
 
     Jeux videos
  Super Nes :
- Jurassic Park

Game Cube :
- StarFox Adventure
- Turok Evolution

Xbox :
- Dino Crisis 3
- Jurassic Park : Opération Genesis
Turok Evolution

GBA :
- Jurassic Park III : Dino Attack

Ordinateur :
- Zoo Tycoon : Dinosaur Digs
- Turok Evolution
- Jurassic Park : Opération Genesis
 

Extra
   
Le mystère des aires de pontes
En quête de nourriture, les hadrosaures se lançaient dans de grandes migrations saisonnières. Mais pourquoi se réunissaient-ils en colonie pour pondre toujours au même endroit ? Auraient-ils eu des «relations sociales» ?

Par Marie-Sophie GERMAIN

C'est une catastrophe naturelle datant de 70 millions d'années qui lève le voile sur cette intrigante question : où pondaient les dinosaures ? Survenue en ces temps immémoriaux dans l'actuelle province d'Alberta, au Canada, la gigantesque crue d'une rivière engloutit les dinosaures indigènes. Puis la sédimentation les fossilisa. Bien longtemps après, il y a à peine 10 000 ans, les eaux de fonte des derniers glaciers creusèrent une vallée, mettant à nu des amoncellements d'os, appelés « lits d'ossements ».

Ce sont les restes d'une centaine de dinosaures de la même espèce, victimes de l'inondation, comme cela est arrivé en 1984 à plusieurs milliers de caribous. Le paléontologue Phil Currie, directeur du musée Tyrell, à Drumheller, près de Calgary, affirme que les Centrosaurus, gros herbivores à crête osseuse, et les hadrosaures se lançaient dans de grandes migrations saisonnières, en quête de nourriture. C'est vraisemblablement ainsi qu'ils s'établirent au bord de la rivière qui devait les emporter. A l'époque, l'environnement subtropical que conditionnaient un climat chaud et humide et des forêts riches en conifères était très apprécié de beaucoup d'espèces. Toujours dans l'Alberta, des groupes de nids d'autres espèces hadrosaures, les Hypacrosaurus et les Maïasauras, datant de la même période, ont été retrouvés.

Les hadrosaures migraient-ils aussi pour nidifier ? Ils devaient vivre en grands troupeaux, dans de riches pâturages, et se rendre régulièrement dans des aires de nidification, où ils pondaient et élevaient leurs petits. Dans certains sites, on observe en effet une alternance de couches de végétation et de coquilles. Cette disposition « en pile d'assiettes » suggère que les hadrosaures revenaient pondre en colonie chaque année, au même endroit. C'est ce que font la plupart des oiseaux qui vivent en société.

Mais, hormis les hadrosaures, il est difficile de certifier que les dinosaures se rassemblaient pour pondre. On sait que la fossilisation est due à des catastrophes naturelles ; dès lors, est-il légitime de voir dans ces sites des aires spécialement aménagées pour la ponte et l'élevage des jeunes ? Quand les dinosaures voient survenir une catastrophe, par exemple l'inondation de nos hadrosaures, seuls les adultes s'enfuient à toutes jambes. Les petits, qui ne peuvent encore se mouvoir, sont condamnés à rester au nid. C'est peut-être la raison pour laquelle on a trouvé seulement des squelettes de jeunes, et aucun d'adulte.

Iguanodons
Troupeau d'Iguanodons, par la BBC.

Rémi Cousin, du Muséum du Havre, a découvert, en Provence, plus d'une centaine d'oeufs sur une petite aire de ponte d'environ 50 m2. « J'ai relevé trois niveaux de ponte, et détecté des phases d'érosion qui suggèrent qu'il y a eu bien plus de trois niveaux. » Mais pourquoi les dinosaures se rassemblaient-ils en colonie ? Les manchots, par exemple, reviennent chaque année au même endroit pour pondre et élever les jeunes. Ils forment une masse compacte autour des petits pour les protéger du froid, du vent et des prédateurs. Les manchots qui se trouvent à l'extérieur du cercle, et sont donc les plus exposés, se relaient avec ceux de l'intérieur.

Le cas des hadrosaures semble différent. Les nids ont sûrement attiré toute sorte de prédateurs. Les petits dinosaures carnivores et d'autres reptiles n'auraient pas hésité à se régaler du contenu d'un nid. De gros lézards pouvaient se précipiter sur un nid laissé sans surveillance et s'empiffrer d'oeufs, à la manière des varans contemporains, qui pillent les nids de tortue, d'oiseau et même de crocodile.

On peut exclure le cas de mammifères prédateurs, car ceux du Mésozoïque étaient souvent moins grands que les oeufs, et leurs petites dents ne leur auraient pas permis de croquer les coquilles. Leur pitance se composait essentiellement de minuscules reptiles, de larves, d'insectes et de racines.

S'il semble que les dinosaures se réunissaient dans des aires de nidification, c'est peut-être parce qu'ils choisissaient tous le même endroit ! Apparemment, ils préféraient les îles sans relief ou les berges d'étangs et de lacs peu profonds, qui garantissaient un environnement propice à l'incubation des oeufs. Ils y trouvaient la végétation nécessaire à la couverture des nids. « Les dinosaures nidifiaient dans des endroits inondables, mais on pense qu'ils savaient déplacer leurs oeufs lors des crues »

Ce qu'on ignore encore et qu'on comprendra peut-être un jour, c'est s'il existait une sorte de cohésion sociale au sein des communautés.

Science & Vie N°951